Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Archives

2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 09:03


J'ai découvert cette cuisson il y a peu de temps et j'avoue que j'ai beaucoup apprécié le parfum très marqué de ces pâtes qui cuisent par absorption.



J'avais conservé du bouillon de ma sauce tomates (recette de Manoue), lors de ma recette des lasagnes gloutonnes, car elle était trop liquide.
Pour éviter de faire du gachis et la jeter, j'avais congelé ce bouillon.

Le jour j, je l'ai décongelée, faite réchauffer dans une grande casserole, puis j'y ai versé mes pâtes (des penne).



Je les ai laissées cuire pendant 45 minutes environ à couvert, et en remuant régulièrement, jusqu'à obtenir une cuisson al dente de mes pâtes.



Cette cuisson sans eau permet aux pâtes d'exhaler tous les parfums de votre sauce, c'est pour cette raison que ma recette a remporté un vif succès auprès de ceux qui l'ont dégustée. :o)



Qui veut tenter l'expérience?

Partager cet article

31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 10:25


Vendredi soir, mon chéri et moi, nous avons été invité chez nos amis Emilie et Vincent.
Nous savions d'avance que nous allions nous régaler, et il faut dire que nous n'avons pas été déçus! Miam miam, c'était TROP BON!!

Vous voulez savoir, hein?!

Bon d'accord, je vous dis tout... ;o)

Tout d'abord, il y a eu de délicieuses mises en bouche.
Des petits toasts tartinés de brandade de morue, recouverte de lamelles de poivrons grillés et parsemés de parmesan émietté... cronch cronch, c'était dé-li-cieux!

Bien sûr, n'oublions pas qu'ils étaient servi avec un cocktail "Mélancolie" (Champagne, Vodka, liqueur de framboises et Cointreau).
Faut pas se laisser aller, hein!

Là, je n'avais pas encore réagi et sauté sur mon appareil photo pour immortaliser l'instant magique.
Mais comme je compte refaire ces petites merveilles bientôt, cette fois je ne manquerai pas de les mitrailler!

En attendant, je me suis rattrapée pour la suite, et voici ce que nous avons dégusté:

Rocamadours sur fonds d'artichauts, fines herbes et jeunes pousses:



Une coupe de profil?



C'est savoureux et moelleux à souhait!


Ensuite, une Tartiflette aux girolles, et là je dis: SLUUURP!
(ce qui signifie léchage de babines" en langage Lolo)



Hmmmm, ça dégouline de Reblochon fondu, arrrghhh que c'est bon!

Servi avec un bon vin et une salade réfraîchissante, il n'y a rien de tel...
... Emilie a des doigts de fée!




Et pour finir en beauté, c'est Vincent qui a mis les mains à la pâte, une petite note sucrée, un succulent dessert, qui dans sa simplicité nous couvre les papilles d'une exquise douceur, de parfums mêlant le caramel léger et la vanille suave,

un Flan traditionnel aux oeufs:




Une petite part?



Bah non, y'en a plus! héhéhé...

Merci Emilie et Vincent pour cette superbe soirée passée en votre compagnie, et pour le merveilleux dîner que vous nous avez concocté avec amourrrrr! ;o)

Bon, le prochain c'est à la maison, et il va falloir que je me creuse la cervelle pour vous régaler aussi... quand même...!

Partager cet article

Published by Laurence B. - dans Blablabla
commenter cet article
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 06:20


Pour l'anniversaire de mon papa, j'ai cuisiné mon premier Couscous, et j'avoue que je n'en menais pas large au départ, car j'avais peur de tout rater!

J'ai fouillé sur Marmiton et je suis tombée sur une recette qui m'avait l'air succulente, d'après ses élogieux et nombreux commentaires.
Je l'ai réalisée, et je ne le regrette pas: quelle merveille!



Je n'espérais pas faire mieux pour une première fois, c'était vraiment excellent et j'ai obtenu les félicitations de toute ma famille, mon papa en tête bien sûr! ;o)

Pour la recette, cliquez ici.

Par rapport à ce qui est indiqué sur Marmiton, en ce qui concerne les épices, j'ai mis 5 cuillères à soupe de Ras el Hanout et 2 de cumin. Et je n'ai pas mis d'harissa.

Pour la viande, j'ai utilisé 1,2kg d'épaule d'agneau, j'ai rajouté des merguez, cuites à part (grillées au four), et mises dans le bouillon au dernier moment.

Et j'ai également réalisé des boulettes: pour la recette, cliquez ici.

En début de cuisson, cela ressemble à ça:



Et en fin de cuisson, ça fume, c'est tout chaud, tout beau, et tout bon!
En résumé, c'était un délice!

Mon premier couscous, disais-je, mais certainement pas le dernier!

Partager cet article

Published by Laurence B. - dans Plats
commenter cet article
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 06:10


Parce que les caques de ma mémé sont pour moi ce que les madeleines étaient pour Marcel Proust, je n'ai pu résister à cette recette, soufflée par mon cher parrain Vitali, et qui me rappelle mon enfance avec nostalgie.



Ingrédients pour 30 gros caques:

- 150g de semoule fine
- 350g de farine
- 150g de sucre en poudre
- 1 sachet de levure chimique
- 1 pincée de sel
- 1 orange et demi
- 10cl d'huile d'arachide
- plus ou moins 15cl d'eau
- farine

Préchauffez le four à 180°C.

Dans un grand saladier, versez la semoule, la farine, le sucre, la levure et le sel.




Râpez le zeste d'une demi orange et versez le jus d'une orange et demi.




Ajoutez l'huile, l'eau (en mettre moins au départ, quitte à en rajouter si besoin), et bien mélanger.




Farinez vos mains et comme avec de la pâte à modeler, prendre des morceaux de pâtes, les rouler du plat de la main sur le plan de travail.
Faire des boudins de 2 cm d'épaisseur maxi et de 10cm de long environ.
Les poser sur la plaque agrémentée de papier sulfurisé et les enrouler pour former des cercles.



Les enfourner pour 30 minutes environ, en baissant le four à 160°C à mi-cuisson.
Ils doivent être dorés mais assez clairs.



Laissez-les refroidir et conservez-les dans une boîte en fer (ils se conserveront plus d'une semaine).

Variante, une version plus enrichie:
Si l'on remplace l'eau par un volume égal d'oeuf, on obtient des caques plus riches mais à la consistance moins sablée. Dans ce cas, supprimez la semoule et utilisez 500g de farine.


_______

Pour ma part, c'est en trempant ces caques dans du café chaud et sucré que la magie de la réminiscence opère.
Je dédicace cette recette à mes chers grands-parents, mémé Inès et pépé Benoit, chez qui je dégustais ces caques au petit-déjeuner ou au goûter.


"Mais quand d'un passé ancien rien ne subsiste, seules plus frêles, mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps".
Marcel Proust


Partager cet article

Published by Laurence B. - dans Mignardises
commenter cet article
23 octobre 2006 1 23 /10 /octobre /2006 06:50

Oh MY GOD !!!!
Quel supplice que ce gâteau-là!

Qui aime les gâteaux très très très chocolat me suive...



... Je me promenais sur les blogs des copines, quand tout à coup, je tombe sur celui d'Ellie, j'ai nommé Tambouille et Pistouille, et sur les photos de son fondant au chocolat et au Toblerone.

Elle-même inspirée par les pavés de Stanislas sur Blanc d'oeuf, elle nous en fait ici une version ultra gourmande, qui va plaire à Manoue (fana de Toblerone, la preuve ici et ici), j'en suis sûre!




Et là, ni une ni deux, je me dis:
"Foi de Lolo, ce gâteau-là, il me le faut!"

Non, mais vous avez vu ces photos?!
Et cette texture?!



Cette pâte à gâteau mi-cuite au chocolat noir intense,
ces touches de chocolat au lait fondant,
ces petits morceaux de Nougatine et de noisettes qui croquent sous la dent...

Arrrghhhhh! Impossible de résister,
je le veux, je le veux, je le veuuuuux!
Heu, ça pourrait rendre mon homme jaloux, ça! ;o)

Bon trève de discussion, il est temps de s'y mettre.
Et c'est tellement facile, en plus!

Ingrédients:

- 200g de chocolat noir
- 125g de beurre
- 4 oeufs
- 200g de sucre en poudre (moi, j'en mets toujours moins: 180g)
- 50g de farine
- 1 peu moins d' 1 c. à café de levure chimique
- 150 g de Toblerone

Faites fondre le chocolat et le beurre au bain-marie.

Mélangez les oeufs et le sucre, puis incorporez le mélange chocolat/beurre fondus.




Ajoutez la farine et la levure, puis les triangles de Toblerone, et versez la préparation de préférence dans un moule carré ou rectangulaire, agrémenté de papier sulfurisé.




Si votre moule est grand (épaisseur de pâte: 3 cm),
enfournez à 180°C pendant 30 minutes.
Si votre moule est plus petit avec des bords plus haut (épaisseur de pâte: 5 cm),
enfournez à 170°C pendant 45 minutes.




N'essayez pas de planter un couteau pour vérifier la cuisson, il ne ressortira ni propre ni sec, héhéhé!

Laisser tiédir, démoulez délicatement et coupez en portions carrées.




Si vous avez le temps et la volonté d'attendre, faites une jolie assiette avec de la crème anglaise ou de la glace vanille, sinon faites comme moi, dévorez-le direct, ça passe tout seul! SLUUURRRPPP!




Partager cet article

Published by Laurence B. - dans Desserts
commenter cet article
20 octobre 2006 5 20 /10 /octobre /2006 06:20


Dans la série "j'invente des plats complets", j'en ai trouvé un autre qui m'a beaucoup séduite!

Au départ, j'avais repéré une alléchante recette proposée par Hervé sur l'Internaute.
Encore une fois, ça n'était qu'un accompagnement.

Mais Lolo a plus d'un tour dans son sac, et "ni vu ni connu, j't'embrouille", un petit coup de baguette magique et "Abracadabra" ça devient un plat complet!

Pour ce faire, j'ai rajouté de l'agneau (la viande préféré de mon z'hom!)



Ingrédients pour 4 personnes:

- 500g d'épaule d'agneau
- 1/4 de litre de bouillon de légumes
- 200 g de carottes coupées en batonnets
- 200 g de petits pois (surgelés ou non)
- 200 g de brocolis coupés en petits bouquets (surgelés ou non)
- 200 g de poivrons rouges coupés en petits cubes
- 15 cl de crème liquide (allégée ou non)
- 10 portions de fromage "Vache qui rit"
- 1 cuillère à café de curry

 Pour la pâte :
- 150 g de farine
- 80 g de beurre
- 80 g de noix de cajou

Pour la sauce :
- 3 pots de yaourts brassés
- 1/2 bouquet de coriandre ou de persil
- le jus d'un demi citron
- sel

 Dans une poêle anti-adhésive, faites dorer l'agneau rapidement sur toutes les faces.



Puis, recrouvrez d'un bouillon de légumes à l'huile d'olive et cuisez à feu doux et à couvert pendant 1 heure minimum. La viande doit devenir ultra tendre.

Pendant ce temps, dans une casserole d'eau bouillante salée, faire blanchir les légumes pendant 5 minutes (ils doivent rester croquants).

 


Les placer dans un plat à gratin ou à crumble (moi, j'utilise des plats individuels), et les assaisonner avec le curry.
Ohhh, que c'est joli toutes ces couleurs!




Ajoutez l'agneau coupé finement, puis la crème et les portions de fromage coupées en petits morceaux.




Préchauffez le four à 180°C.

Hachez les noix de cajou grossièrement, et mélangez-les du bout des doigts avec la farine, le sel et le beurre pour obtenir un mélange sableux.

Emiettez ce mélange sur les légumes et la viande et passez au four pendant 20 à 30 minutes environ.

Préparez la sauce en mélangeant tous les ingrédients.



Servez tiède ou chaud avec la sauce.
Comme le dit Hervé sur l'Internaute, "ne négligez pas cette dernière, elle est indispensable à l'équilibre du plat".

Conseil: la prochaine fois, je mettrai l'agneau au fond du plat, sous les légumes.
Cela gardera la viande moelleuse et fondante.
Ici, elle s'était légèrement desséchée, et c'est dommage.
Mais nous nous sommes tout de même bien régalés!



Partager cet article

19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 07:05


Il y a quelques temps, j'avais réalisé une tourte du même genre, idée prise chez l'excellente Manoue, et je m'étais régalée!
Aujourd'hui, j'en ai fait une version sans appareil à quiche qui m'a beaucoup plu aussi.

Puisqu'elle fut moins riche en oeuf, il fallut bien que je l'enrichisse en chèvre, n'est-ce pas?
Alors, j'en ai mis un peu plus! ;o)




Ingrédients
:

- 1 rouleau de pâte feuilletée
- 2 poireaux
- 2 tranches de jambon
- 200g de chèvre en grosse bûche
- Pignons de pins (grillés à sec)
thym

Emincez les poireaux et faites-les revenir sans matière grasse dans une poêle ant-adhésive, à couvert, pendant 15 à 20 minutes, sur feu doux et en remuant de temps en temps. Salez, poivrez.



Pendant ce temps, faites blanchir la pâte feuilletée au four dans un moule à tarte à 180°C (th6) pendant 10 minutes (piquez-la et recouvrez-la d'un autre moule et d'un poids pour éviter qu'elle ne gonfle).

Puis, étalez le jambon coupé en lamelles au fond du moule.



Mettez les poireaux par-dessus...



... puis le chèvre coupé en morceaux, et parsemez de thym et de pignons grillés.




Enfournez à 180°C (th6) pendant 30 minutes,
et servez bien chaud avec une salade verte.



Beaucoup de chèvre et moins d'oeufs, donc...

... J'adooooore!!


Partager cet article

18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 06:30


Aujourd'hui, un petit rappel de cet été, avec une recette déjà réalisée plusieurs fois, un classique pour moi, et de chez Marmiton.

Le Gaspacho de tomates San Marzano:
(avec une photo que j'avais déjà réalisé pour Marmiton à l'époque)

cliquez ici




En mise en bouche, ça passe tout seul, tout en légèreté, sans couper l'appétit et en plus c'est joli! :o)




Bonne dégustation!



Partager cet article

Published by Laurence B. - dans Mises en bouche
commenter cet article
17 octobre 2006 2 17 /10 /octobre /2006 06:20


Toujours à la recherche de plats complets, rapides à préparer et à gratiner au dernier moment, voici une nouvelle version de mon
gratin gourmand de potiron.




Ingrédients pour 2 personnes:

- 1 petit potimarron
- 2 petites escalopes de poulet

- 1 tiers de baguette de pain toastée puis coupée en croûtons
(faire sécher les croûtons 15 minutes au four à 150°C)

- 40g de comté râpé

- 1 gousse d'ail écrasée

- 1 briquette de crème liquide allégée (15% M.G.)

- 1 cube de bouillon de poule dégraissé

Epluchez votre potimarron (enlevez une couche suffisament épaisse de la peau, sinon la chair sera moins moelleuse), épépinez-le et coupez-le en tout petits cubes.



Coupez les escalopes de poulet en petits morceaux et répartissez-les au fond de votre plat à gratin.
(moi, j'utilise des plats individuels)



Recouvrez de potimarron.



Puis ajoutez les croûtons...



... l'ail, le cube de bouillon de poule émietté sur l'ensemble, le comté râpé...




...  et pour finir la crème liquide.



Enfournez à 180°C (th.6) pendant 30 à 40 minutes, afin d'obtenir un joli gratiné.

Servez à la sortie du four et dégustez sans attendre.



Je suis bien contente du résultat de mon expérience, car le poulet se marie très bien avec le potimarron.

Et une fois encore, j'ai trouvé tellement facile et rapide de cuisiner un gratin 2 en 1 (viande + légumes associés) que je ne vais pas m'arrêter à ce second essai!
(le premier était le Tian gourmand au Beaufort)

Alors, rendez-vous très bientôt pour une nouvelle association de goût... :o)




 

Partager cet article

Published by Laurence B. - dans Plats
commenter cet article
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 06:00


Dans le cadre de la journée mondiale du pain, je me suis prise au jeu organisé par le site kochtopf de fabriquer mon propre pain et d'en publier la recette aujourd'hui.



Comme beaucoup de français, j'adore le pain.
Mais je suis assez difficile avec la qualité du pain et j'avoue que je n'en mange pas à tous les repas.

Pourquoi? Parce que je préfère m'en priver plutôt que de manger un pain médiocre.
En effet, je ne prend aucun plaisir à mastiquer du caoutchouc ou à me faire les dents sur du pain sec, lorsque le pain de mon boulanger n'a pas tenu son moelleux et son croustillant du matin jusqu'au soir.

A l'inverse, lorsqu'un pain en vaut la peine, je serai prête à en manger tout le long du repas:

- en entrée avec un bon pâté de campagne
-  avec le plat pour saucer mon assiette (surtout quand c'est un boeuf bourguignon!)
- au fromage, parce que le fromage sans pain, c'est triste
- et au dessert (vous avez déjà essayé le pain frais avec de la banane ou du fromage blanc sucré? Miaaaaammm!)

Pour finir, même si mon petit-déjeuner de la semaine est souvent composé de céréales et de lait froid, lorsque le week-end arrive, je prends beaucoup de plaisir à me mettre à table autour d'un bon bol de café au lait, du beurre frais, d'une baguette de pain au levain (qui a ma préférence), et pas trop cuite s'il vous plaît, et de miel.

Bref, le pain et moi, on s'entend bien, mais il faut me prendre par les sentiments, en me proposant une croûte dorée et croustillante et une mie moelleuse et aérée.

Aujourd'hui, je vous propose un pain à la farine de châtaignes et aux pignons de pin.
C'est la première fois que je réalise cette recette, que j'ai trouvé sur le site de Aude "Ôdélices", et j'avoue qu'il m'a séduit par sa grande originalité.



Personnellement, je lui ai trouvé une similitude avec le pain noir allemand,
le Pumpernickel...


... et j'ai aimé le consommer comme tel, c'est à dire comme j'aime le manger chez moi, toasté avec du fromage et de la confiture de tomates vertes.

Mais chacun pourra le déguster à sa manière et selon ses goûts, n'est-ce pas?

Pour 4 petits pains:

- 400g de farine de blé
- 300g de farine de châtaignes
- 2 cuillères à café de levure de boulanger
- 36cl d'eau tiède
- 2 cuillères à café de sel
- 4 cuillères à soupe de pignons de pin


Mélangez les farines et le sel.
Diluez la levure dans l'eau tiède.
Mélangez les 2 préparations peu à peu en incorporant les pignons de pin.



Coupez votre pâte en 4 morceaux égaux et formez 4 boules.
Laissez la pâte doubler de volume à température ambiante.



Façonnez vos pâtes et placez-les sur une plaque de four, munie d'un papier sulfurisé.
Laissez de nouveau lever jusqu'à ce que le pâte ait doublé de volume.



Incisez le pain et enfournez aussitôt.
Faites cuire à four chaud (210°C, puis 180°C les 10 dernières minutes) pendant 30-35 minutes.



Dégustez à votre convenance, ou comme moi en tranches fines, toastées, et recouvertes de Brie de Meaux ou de Roquefort, et de confiture de tomates vertes.




Bonne journée du pain à toutes et tous!


Partager cet article

Published by Laurence B. - dans Pains et pâtes maison
commenter cet article